L'histoire exceptionnelle de notre Hostel n'est pas seulement longue, elle est aussi plus qu'intéressant.

Photographie prise en 1933
Photographie prise en 1933
dessin de l'année 1888
dessin de l'année 1888
annonce de'l journal "Stadttheater Erfurt" (1913)
annonce de'l journal "Stadttheater Erfurt" (1913)
annonce de l'journal "Erfurter Allgemeiner Anzeiger" (1894)
annonce de l'journal "Erfurter Allgemeiner Anzeiger" (1894)

La première apparition de la „Walkmuehlstrasse 13“ dans les archives de la ville remonte à 1376. A cette époque, les immigrants Hollandais et Flamands décidèrent d’assécher le quartier qui n’était alors que vastes marécages.

Il faudra plus d’un siècle pour donner au lieu son charme actuel. Jusque là, l’atmosphère boueuse et torrentielle développe nos imaginaires. Apparaît ainsi, un soir de 1891, l’envoûtant lutin de lumière, «Will-o´-the-wisps», également connu en Angleterre sous le nom de «Jack-o'-Lantern». «Ces derniers jours», peut-on lire dans le journal quotidien de la ville daté du 21 mai 1891, «la chaleur du soleil» a séché certaines places autour de la Bourse (devenue la Maison de l’Opéra), provoquant un phénomène des plus intéressants. Par une chaude nuit d’orage, une lumière étrange a illuminé le mélange de boue et de putréfactions. Sans un bruit, si ce n’est celui d’un léger vent balayant la fine couche d’herbe. En réalité, ce phénomène chimique, effrayante merveille de la nature, avait déjà été observé auparavant. En Ecosse notamment, «Will-o´-the-wisps» a longtemps éloigné les enfants des régions marécageuses.

Il avait également été aperçu «dans les marais du Sud de la Russie», note le journaliste à l’époque, terrains remarqués pour être source de développement du choléra. L’association allemande de santé publique ordonne alors la Marche rougeoyante sur les routes d’Erfurt » conclut-il. Aujourd’hui, «Will-o´-the-wisps» ne risque plus d’apparaître. Le quartier accueille désormais les voyageurs du monde entier qui traversent Erfurt. Le vilain petit canard a fait son bout de chemin.

L’immeuble de est acheté pour la première fois en 1796, par A.M. Vogel, restaurateur. Son fil, George Vogel, décide de cultiver ce terrain à partir de 1824, afin d’améliorer le rendement de son activité familiale. Et le «Jardin des Vogel» se fait rapidement une belle réputation dans les environs. Mais il est vendu en 1831 au barman Christian Werner qui construit, à la place de ce restaurant, une maison qu’il jouxte d’un pub. Vingt sept ans plus tard l'aubergiste Franz Poppe ajoute l’hébergement à la nourriture jusqu’à ce qu’il ne confie à nouveau son bien à un restaurateur, Johann Gottlieb Otto Helling.

Durant une courte période, de 1879 à 1884, l’art culinaire cède sa place à la musique et au théâtre. Mais là encore la tradition culinaire reprend de son pouvoir quand les membres de l’association Concerts et Théâtre sont reliés à l’eau potable. Ils ne résisteront pas à la tentation du mélange des sens.

Grâce à l’intervention du Conseiller privé Lucius, la ville autorise, le 24 septembre 1888, la construction d’un nouveau club-restaurant de 4 étages de haut. Moins d’un an plus tard, les travaux sont terminés et l’Association « Concerts & Théâtre» peut rencontrer le succès.

A partir des années 1900, le département de l’urbanisation en vient à autoriser l’extension du hall dans l’espoir «d’augmenter le tourisme de la ville». Onze ans plus tard, l’hôtelier Alexander Rohr annonce à la presse locale l’acquisition de la maison, et dévoile très vite les modifications structurelles dont il a chargé l’architecte Hermann Peter afin de moderniser l’édifice.

En peu de temps, «l’Hôtel Rohr» devient une institution jusqu’en 1984, dcès de la dernière tenancière de la famille, Melle Charlotte Rohr.

Entre-temps, la Fédération de la Culture y établi un «Club d’Intelligence» tandis que le théâtre emménage avec son bureau administration au dernier étage. Et bien sur, au rez-de-chaussée est installé un bar populaire pour accueillir les acteurs. Plus tard, ce lieu de culture est renommé "Lowetsch", en référence à la ville partenaire. Encore aujourd’hui, de nombreux habitants d’Erfurt se souviennent de «Lowetsch».

Mais à la mort de Charlotte Rohr, ses enfants sont déclarés insolvables et écartés de la succession par l’ancien Etat d’Allemagne de l’Est, qui s’approprie l’immeuble.

Immédiatement après la chute du mur de Berlin, les héritiers réclamèrent leur propriété. Et au terme de quatorze longues années de luttes fastidieuses, les descendants de Charlotte Rohr obtinrent gain de cause.

L’actuel propriétaire acquiert la maison en 2003. Ce grand voyageur a rapidement l’idée de transformer à nouveau cette propriété en une auberge de jeunesse et s’y attelle dès son retour d’un tour du monde qui ne lui a pas pris moins de quatre ans. Cinq mois après avoir posé ses bagages à Erfurt, un mois avant la coupe du monde de football, le lieu, entièrement rénové, est prêt à temps pour recevoir les touristes et curieux du monde entier. Depuis, les portes de l’OPERA Hostel ne se referment plus.

Au cours du juillet '2012 en rez-de-chaussée un neuville, unique Restaurant entamé.

Steakhouse Texas proposé délassement, plaisir et style – ouvert journellement.

Bienvenue chez nous!

Bild Vorhang
Bild Vorhang